Aujourd'hui, je me suis levée du mauvais pied

Il y a des jours comme ça... 

Aujourd'hui, je me suis levée du mauvais pied. J'ai pas envie.
Je me sens bizarre. Y a un truc qui me prend la tête et je me mets à voir tout en noir. Je me dis que quand même, Trucmachin ferait mieux de me parler autrement. Et que Machine elle a rien compris. Alors je râle et je bougonne dans mon coin, je me dis que les autres ont rien compris, qu'ils sont contre moi, et qu'ils feraient mieux de faire autrement. Na ! 

Mais pas moi... Non parceque moi j'ai toujours raison ! Et puis que c'est pas de ma faute s'ils sont c*** ! Et que j'irais bien mieux si c'était autrement. Voila. Re-Na !

Et puis je respire (ben oui, sinon, je vivrais plus très longtemps). Et puis je sens que ça circule pas bien en moi. Et puis je me souviens de la métaphore sur l'alchimie humaine (je vous mets l'image réalisée par ma collègue chérie et maman, Martine Dussart, ci-dessous, ça rappellera des souvenirs aux copains du Parcours du Héros !). Et puis je me souviens que j'ai le choix. Alors pendant quelques minutes je fais "comme si" je m'en souvenais pas que j'ai le choix. Peut-être que j'aime bien râler un peu en fait...

Parceque oui, je sais que j'ai le choix : comme sur le schéma, soit je vais à gauche, vers le connu, je fais un petit tour sur moi-même, et je repars dans le chaos de ma vie, celui qui me conviens tellement pas. Soit je vais de l'autre côté, vers l'inconnu, là où ça fait peur parceque je connais pas. Mais où je sais que tout est possible et que tout peut être transformé.
Gnagnagna... Si je vais par là, je sais aussi que je dois reprendre ma responsabilité sur ce qui se passe, et arrêter d'accuser les autres de tous mes malheurs... Et gnagnagna... Et Grrrrr ! Et Rrrrrrr...

Bon, ok, je respire. Je me regarde sous le t-shirt et je reconnais ma part. C'est mon égo qu'est pas content.

Ha tient... Ça respire mieux en moi. Et les coins de ma bouche se soulèvent plus volontiers. Jusqu'à ce que je puisse, avec tendresse et douceur, rire un bon coup de moi-même et du tour de manège intérieur que je viens de me faire vivre.
Parcequ'en fait, ça va quand même beaucoup mieux quand j’arrête de me mentir à moi-même, et que je reprend le pouvoir de mon bien-être. C'est moi qui décide comment je me sens, en fait, pas les autres. J'avais oublié. Je me suis égarée.

Ouf ! Ça fait du bien de se retrouver.
Et mon égo peut aller se rhabiller ! (Et je lui envoie plein d'amour à ce petit coquin ! Et puis... à Machine et à Trucmachin aussi, tient ! ) 

Et vous, les copains, ça vous arrive aussi de vous égarer dans le connu-où-c'est-pas-si-confortable ? De vous faire croire que c'est de la faute des autres ? Et puis d'envoyer votre égo au placard ? 

Belle journée ! 

Ajouter un commentaire

Haut de la page